L’Europe a remporté dimanche l’édition 2018 de la Ryder Cup qui avait lieu sur le parcours de l’Albatros. Après les deux journées de double, les européens menaient de 4 points avec notamment le record de victoire d’affilé battu par la paire Francesco Molinari / Tommy Fleetwood.

L’italien est un des grands artisans de cette victoire. Il a apporté 5 points à l’Europe en autant de victoires. Dans les précédentes éditions il ne c’était pas mis en avant plus que cela mais depuis sa victoire au British Open son jeu c’est complètement déverrouillé. Jusqu’a vendredi dernier il n’avait pas encore gagné un match en Ryder Cup. Avec son coéquipier Tommy Fleetwood, il a formé une équipe qui a tout écrasé sur son passage avec des scores impressionnant. La paire surnommée Moliwood est rentrée dans l’histoire devant la première paire européenne à gagner ses quatre matchs en équipe. D’autres joueurs se sont aussi illustrés comme Justin Rose et Rory Mcllroy.

Un dimanche de suspens

Avec 6 points remportés sur 8 possibles vendredi, il ne manquait plus que 4 1/2 à l’Europe pour remporter cette Ryder Cup chez elle. Thomas Bjørn, la capitaine européen souhaitait gagner ces points rapidement en alignant Rory Mcllroy, Justin Rose et Tommy Fleetwood dans les premières parties. Les américains, piqués au vif par les deux journées précédentes se sont battus avec tout ce qu’ils avaient. Justin Thomas bat Mcllroy au trou numéro 18, Webb Simpson écrase Justin Rose et Tommy Fleetwood jusqu’a lors incroyable n’a pas résisté à la rigueur de Tony Finau. Les américains sont revenus à 1 points des européens au terme des 4 premières parties.

Cet espoir américain ne fut que de courte durée, Ian Poulter s’imposait fasse au numéro 1 mondial, Dustin Jonhson puis Molinari encore lui apportait le point de la victoire à l’équipe américaine.

Poulter célébrant la victoire

Ian Poulter célébrant la victoire de la team Europe en empruntant un costume de boite aux lettres

 

Un tigre en bois

Tiger Woods, annoncé en star à Paris n’a pas été à la hauteur de son standing. Le tigre est arrivé à Paris en confiance après sa victoire sur la dernière étape de la Fedex mais celui ci à vite déchanté. Sur son chemin, la paire Moliwood qui a été sans pitié, le battant à trois reprises. Puis dimanche, c’est le rookie John Rham qui c’est imposé face à un Tiger fatigué et souffrant du dos. Jim Furyk à surement fait une erreur en sélectionnant l’ancien numéro 1 mondial alors qu’il revenait tout juste au plus haut niveau.

 

Laisser un commentaire